Musée “La Boverie” (CIAC) à Liège
Musée “La Boverie” (CIAC) à Liège

    Musée “La Boverie” (CIAC) à Liège

    Réaffectation du Mamac (Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain) en un Centre International d’Art et de Culture, le «CIAC», sur le site du Parc de la Boverie à Liège. Destiné à accueillir des expositions temporaires de niveau international, ce centre aura pour rôle de capter le visiteur non seulement par l’objet des expositions mais aussi par son architecture.

    L’ancien bâtiment (début du XXème siècle) fut un des hauts lieux de l’exposition universelle de 1905. Cet édifice a été restauré et a subi certaines interventions lourdes.

    Les dalles de sol, abaissées d’un mètre environ,  et l’agrandissement de la trame en sous-sol par la suppression de colonnes permettront d’aménager des salles d’exposition ainsi qu’un auditorium en sous-sol.
    Une nouvelle dynamique s’optimisera par la création d’une extension de 60 m de large et de 7 m de haut. Constituée de verre et de béton, construite sur pilotis, elle prolongera la façade orientale et surplombera les berges de la Dérivation, offrant une salle d’exposition grand format capable d’héberger sculptures et installations d’art contemporain.

    Le bureau Greisch a travaillé de concert avec les architectes afin de respecter les contraintes d’encombrement et d’intégrer de manière optimale les installations techniques dans le bâti existant.

    Les équipements techniques ont été conçus pour être les plus compacts possibles. Les centrales de traitement d’air sont intégrées dans les combles, les groupes de production d’eau glacée et les chaudières dans deux tours du bâtiment.

    Les installations de ventilation et de climatisation ont été conçues de manière à respecter les conditions de température et d’hygrométrie particulièrement strictes de ce projet. Les salles d’expositions répondent à la catégorie de régulation A (avec baisse saisonnière) suivant les recommandations de l’ICC (Institut Canadien de Conservation) et de l’ASHRAE. Les conditions climatiques ambiantes pour la préservation des œuvres sont maintenues,
    d’une manière générale, entre 20 et 24°C et 50 % ± 5 % d’humidité relative, avec de faibles variations de ces conditions dans le temps.

    Lors d’expositions temporaires de classe internationale, afin d’assurer la bonne conservation d’œuvres précieuses, comme celles prêtées par le Musée du Louvre de Paris, des conditions d’ambiance plus strictes sont fixées (21°C ±1°C et 50 % HR ± 5 %). Il en est de même dans le local de quarantaine créé au sous-sol où les conditions hygrothermiques sont plus sévères (20°C ±1°C et 50 % HR ± 5 %).

    Les installations de techniques spéciales comprennent essentiellement :

    • une nouvelle production de chaleur assurée par 2 chaudières gaz à condensation de 220 kW chacune ;
    • une nouvelle production d’eau glacée assurée par 2 groupes frigorifiques à condensation par air de 355 kW chacun ;
    • un système de chauffage et de refroidissement par sol rayonnant pour les salles d’exposition, des radiateurs pour les locaux de type bureau et des ventilo-convecteurs pour les locaux à charge thermique importante ;
    • des groupes de traitement d’air avec récupérateur d’énergie, batteries de chauffe et d’eau glacée, humidificateur et variateur de vitesse ;
    • une gestion technique centralisée (GTC) des installations ;
    • des installations électriques courant fort et courant faible ;
    • des appareils d’éclairage, système de gestion d’éclairage et système d’alimentation secourue ;
    • une installation de détection incendie, une installation de détection intrusion et un système de vidéo-surveillance ; une installation de sonorisation d’ambiance et de sécurité ;
    • des élévateurs (monte décors, monte-charge, monte-plat et ascenseurs). Le monte décors de grande capacité (5000 kg) est du type à vérins télescopiques linéaires pour système d’élévation industriel permettant une course jusqu’à 8 mètres.

    Mise en lumière

    Dans la partie existante du bâtiment, l’éclairage général des salles d’exposition du rez-de-chaussée sera intégré sous les lanterneaux existants, les faux-lanterneaux d’origine seront remplacés par des toiles tendues diffusantes. Cette installation composée de réglettes fluorescentes dimmables permet d’obtenir quand la lumière naturelle n’est pas suffisante un éclairage diffus parfaitement adapté à l’exposition en place. L’éclairage d’accentuation est assuré par un système de rails avec projecteurs orientables, sources LED. Dans l’extension, la dalle du plafond reçoit un minimum de techniques, l’éclairage général
    est exclusivement indirect grâce à des projecteurs installés sur les parois du bâtiment existant.

    La mise en lumière extérieure se limite à une accentuation des accès, un éclairage fonctionnel des zones et voirie sous extension, la lecture de l’architecture en soirée se fera grâce aux espaces intérieurs éclairés.

    Mission

    Mission complète de stabilité et de techniques spéciales

    • 7 photos
    • Localisation
    dbc1c28c38d431329d9fe2734609e7dcEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE