L’Enjambée s’élance au-dessus de la Meuse

    Nous vous en parlions il y a quelques jours : après son assemblage en rive droite de la Meuse, la nouvelle passerelle cyclo-piétonne « L’Enjambée » à Namur traverse désormais le fleuve. Les délicates opérations de rotation et de positionnement de l’arc sur ses fondations ont débuté ce vendredi 10 août, et se sont poursuivies jusque dimanche avec un peu d’avance sur le planning.

    L’Enjambée, ce sont 184 mètres et 350 tonnes d’acier. Si ces proportions peuvent paraître importantes, la structure s’intègre en réalité assez discrètement dans le paysage historiquement et architecturalement riche du Grognon à Namur. Car en filigrane des calculs de dimensionnement de la passerelle, il y a la philosophie de sa conception et de son implantation. Au bureau greisch, les ouvrages se veulent justes, intégrés à leur environnement et adaptés aux besoins de leurs usagers. L’Enjambée vient donc s’ajouter à la liste de nos réalisations.

    A l’origine du projet, la Ville de Namur souhaitait offrir à ses cyclistes, piétons et PMR une voie dédiée entre les centres-villes de Jambes et de Namur. Un nouvel axe intercalé d’une passerelle est alors pensé pour fluidifier la communication entre les deux rives.

    Pour le développer, une dizaine d’esquisses sommaires positionnées sur quatre implantations différentes ont été étudiées par le bureau greisch en collaboration avec le collectif IPé, les conseillers en mobilité de Transitec et le professeur Vansnick. Finalement, l’implantation du Grognon et une structure à béquilles sont retenus.

    Cette dernière est composée d’un caisson métallique de 2 m de largeur dont la hauteur varie de 1 m à 40 cm au centre de l’ouvrage. Cette structure est biaise par rapport au platelage, apportant ainsi une antimétrie à l’ouvrage. La portée principale de franchissement de la Meuse est de 100 m pour une longueur totale de 184 m. La largeur utile est de 5,8 m en section courante, de 3,8 m sur les rampes d’accès et de 1,6 m dans les escaliers.

    Il faudra encore attendre quelques semaines avant de pouvoir emprunter la passerelle, sa mise en service définitive étant prévue pour la fin d’année. D’ici là, divers aménagements viendront s’ajouter au décor : les rampes d’accès, les retouches de peintures, la peinture de finition, le platelage, les garde-corps, les essais de mise en charge, les aménagements des abords … A suivre, donc !

    mattis justo dolor. venenatis diam luctus tristique commodo vel,